Pages

23 oct. 2017

Le métier de styliste est-il en péril ?


Les vacances sont souvent l'occasion pour les Robeuses de faire le plein de magazines de mode, et lors de notre dernier voyage nous avons sélectionné Glamour et Grazia.

Glamour c'est un peu notre chouchou, nous le lisons depuis l'adolescence (après avoir abandonné le Jeune & Jolie) et nous avons toujours apprécié découvrir les pages mode qui proposaient des tenues plus cool les unes que les autres, du mix and match, des imprimés, de la couleur, des textures mais aussi des associations de vêtements de grande maison de couture avec du mass market. 

Grâce à Glamour nous avons affiné nos goûts années après années, nous avons rêvé de pouvoir vivre la vie de magazine, à savoir tout oser sans avoir l'air ridicule ! Glamour c'était notre livre de poches, notre référence pour en apprendre plus sur les tendances mais aussi sur l'univers de la mode. Le magazine nous a permis de découvrir de nombreuses marques et surtout d'affiner notre style. D'ailleurs pour celles qui ne le savent pas, Glamour est le petit frère du géant Vogue, du groupe Condé Nast.




Avec Grazia, l'histoire est beaucoup plus récente... malheureusement Glamour a commencé à être connoté dans nos esprits comme notre magazine d'ado (bien qu'il ne le soit pas forcément) ! Nous avions besoin de nouveauté, de découvrir de nouveaux éditos encore plus funky et de passer un nouveau cap stylistique. Nous avons alors jeté notre dévolu sur Grazia dont nous avions bien sûr beaucoup entendu parler sans vraiment prendre la peine de le lire. Ce fût une jolie découverte... là encore des éditoriaux coup de coeur, qui nous donneraient presque envie de devenir styliste nous aussi (hahaha !!) On ne va pas vous mentir, les magazines de mode comme Grazia et Glamour sont très similaires... mais dernièrement on a noté une petite différence entre les deux.



Alors que l'un continue de proposer shootings originaux, l'autre a pris le parti de proposer des tenues mono marque. Pourquoi notre magazine favori ne fait-il plus la part belle à la mise en scène stylistique, aux mix and match de tendances et préfère jouer le jeu des marques en proposant des associations comme vues sur les défilés. Le métier de styliste serait-il en péril ?

The Business Of Fashion a fait un article sur le sujet (The problem with full look styling in fashion magazine), se demandant si les marques étaient responsables de ce sur-positionnement de produits ou si la perte de parts de marché des magazines les ont obligés à prendre ce genre de mesures restrictives afin d'engranger plus de revenus publicitaires.



Effectivement face à la concurrence féroce et le désir d'être la "it" marque de la saison, certaines maisons de mode ont demandé à ce que leurs produits ne soient plus mélangés aux produits d'autres marques dans le but de vendre plus. Bien que le but de cette démarche soit compréhensible, ne sont-elles pas en train de brider les magazines et de les mener à leur perte ? Le but d'un éditorial étant avant tout de nous faire rêver en proposant des combinaisons audacieuses et de mettre en avant le talent des stylistes, imposer une telle règle ne va-t-il pas à l'encontre de ce processus créatif ?



Qu'en est-il des blogueuses/influençeuses dont le contenu digital est devenu une véritable source de revenus pour les marques... Ces modeuses suscitent engouement voire fascination (stylistique) tout en restant bien plus accessibles que les célébrités. Il suffit qu'une certaine Maria Bernad porte un tailleur pantalon bleu pour que tout le monde lui demande d'où il vient ou encore s'il faut prendre sa taille habituelle, nous les premières. 

Les habitués des réseaux sociaux l'ont peut-être déjà remarqué... il n'est pas rare que certaines marques positionnent leurs produits par plusieurs... oui oui vous savez la robe rose de Balenciaga et les cuissardes violettes ? Oui nous aussi on adore ce look mais positionnement de produits ou réelle addiction de nos fashionistas pour ce combo vu lors du défilé ?


Pull : Zara
Robe : H&M
Bottines : Mango
Sac : DIY
Rouge à lèvres : Balmain pour l'Oréal

           

Le positionnement de produit avait déjà beaucoup modifié le paysage stylistique, la plupart des fashionistas arborent les mêmes marques et les mêmes produits. Mais si en plus ces produits doivent être portés comme la marque l'impose, qu'en sera-t-il de l'individualité, la créativité, l'originalité ?



Peut-être est-ce temporaire, ces marques souhaitent certainement faire remonter leur cote auprès du public et une fois que l'objectif sera atteint elles n'imposeront plus aucune règle. Autant vous dire que c'est tout ce que l'on espère parce que nous on aime quand vous restez vous-même !

Les Robeuses

Photo : Lil' sis @pastryandthings

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Zone de partage